Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 14:24

calligraphie NEWcalligraphie 2 NEW`

 

 

 

J’aime les moments de solitude nocturne et retranchée. Amour, sommeil et lectures y figurent parfois...

Lorsque je quitte le lit conjugal pour éviter à l’autre, la gêne de la lumière, durant mes heures d’insomnie, je vais lover mon corps au creux du lit de la chambre d’amis. Cet espace est appelé « chambre de la poésie » par l’ensemble du foyer, à cause de la multitude de livres (de poésie) posés sur les étagères IKEA (achetées pour la circonstance). En effet,  j’ai récupéré d’une bibliothèque parisienne, une série de volumes destinés à la poubelle.

Je les parcours au creux de mes nuits. Sur le matelas, j’installe confortablement mon chaos et entrepose des piles de bouquins. Au matin, je me réveille souvent entourée d’une forteresse de pages. Cette nuit, je suis tombée sur Le Temps s'empierre  premier livre de Jean-Claude Bourdais, publié par Guy Chambelland en 1983 (Le Pont de L’épée).

 

 

Jean-Claude Bourdais : Ce livre est fait à partir de l'effacement d'un livre de Christian Dufourquet (Le cri du cochon quand on l'égorge) qu'il avait décidé de détruire. J'ai choisi sur chaque page ce que je voulais garder en maquillant au blanc et à l'encre de Chine ce qui ne me plaisait pas.

Ecriture donc à partir d'un Autre, d'un autre auteur, d'un autre objet livre.

Ce qui explique le " pré-effacé" de Dufourquet.:

Né en

né je

mon ombre

est blanche

 

né je

né en

mon nom

est sans lieu

 

ma véritable préface étant:

tant d'espace

ensanglanté

que je n'ai rien fait

que je m'avoue

la pureté

par tant d'élan

bloqué

 

Pour ceux que cela intéresserait, voici le lien du journal de bord de l’auteur :

http://www.jcbourdais.net/journal2011/06-juin2011/2011_06_28.php

Repost 0
Published by juliette boutillier - dans poésie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de juliette boutillier
  • Le blog de juliette boutillier
  • : Commode brinquebalante où les tiroirs s'ouvrent sur des petits bouts de rien mélangés à de "grandes choses". Un cabinet de curiosité, de partage et d'archivage où s'exposent des objets du quotidien, du ressenti, des vidéos, des paysages sonores ou spectaculaires ... Un carnet de bord un peu "fatraque" où se côtoient les pages arrachées au magazine "Elle" et les extraits d'Eugène Savitzkaya... Un fourre-tout culinaire où se mélange allègrement l'acidulé de l'intime à l'acidité de l'universel ..
  • Contact

Recherche