Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 17:16

Au départ, j'ai crée ce blog comme si j'envoyais des bouteilles à la mer. Parce que je ne savais plus bien quoi faire de moi,  de tous mes cahiers éparpillés au fond de mon sac, des bouts de sons chopés ici et là, des dessins de Marguerite, des vieux vynils et des photos numériques. Je me suis attelée à cet archivage intime parce que c'était juillet, que je ne partais pas en vacances, qu'il faisait chaud à Montreuil et que je n'arrivais pas à me mettre au travail et à rendre les choses pour lesquelles on me payait. J'ai cité le journal Elle parce qu'il faisait bêtement partie de mon quotidien.

Aujourd’hui, je prends plaisir à écrire ce carnet de route et je m'aperçois en le faisant que c'est en faisant qu'on devient faisan, que c'est massant qu'on devient maçon, bref, c'est en mangeant que s'ouvre l'appétit. D'où le désir des séries. L'envie de rajouter une pierre au mur déjà monté, des photos à des articles déjà publiés.

Ainsi, l'autre jour, alors que je venais de publier des photos sur les sculptures anonymes rencontrées durant mes vacances, je découvre le lendemain dans Elle que cet art s'appelle le landarts et qu'il existe même un site qui lui est dédié.

Et en archivant mes photos, je tombe aussi sur ce crocodile de sable échoué sur une plage d'Erquy en Bretagne l'an dernier.

Pour replacer cette oeuvre dans le contexte anecdotique, je dirais que Marguerite et Paloma construisaient un château de sable et qu'elles se sont mises à hurler en déterrant un dentier. Pour évaporer un peu de leur effroi, nous sommes allées nous promener sur la plage et nous sommes tombées nez à nez avec ce saurien. Sous le sable l'inquiétude et par-dessus le danger. Les grèves sont parfois dangereuses.

 

 

Pour ceux qui veulent aller consulter le site du Land Art :

cliquer ici :  link



Repost 0
Published by juliette boutillier - dans art éphémère
commenter cet article
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 15:52
Photographies : Véronique Lesperat-Hequet / Maison du Théâtre.
Mise en scene : Juliette Boutillier, Maria-Grazia Noce
Lumiere : Gilles Horvath

LA DISEUSE DE BONNE AVENTURE
Carrol et son amie

CARROL Je m'excuse
L'AMIE     D'où viens tu?
CARROL Je suis allé voir une diseuse de bonne aventure.
L'AMIE    Qu'est ce qu'elle t'a dit?
CARROL Elle ne m'a pas du tout regardé les mains.
                Elle a dit "le monde entier est en danger".
                Et elle est sortie en me laissant dans sa tente.
               Je suis en retard?
L' AMIE   En retard? En retard pour quoi?

(in Chutes de Gregory Motton - Traduction Nicole Brette avec la collaboration d'Evelyne Pieiller - Bourgois editeur)



Avec les élèves l'an dernier, j'ai adoré travaillé ce texte. Même si celui ci m'est resté parfois énigmatique et obscur, je le trouve chargé d'une insondable violence poétique. Je trouve qu'il dégage une vision du monde rare et pourtant essentielle aujourd'hui. J'ai aimé dans le travail de mise en scène la tentative d'avoir voulu intégrer, par petites touches, un support  filmique et chorégraphique au fond. Je pense que le théâtre de Motton, au delà des mots, touche au corps et reste éminemment charnel. L'engagement du comédien doit être radical, sans demi-mesure ...
J'ai été trés touchée quand il y a trois jours, Nicole Brette, sa traductrice m'a téléphonée. Je garde de cette discussion nocturne et un peu chaotique, une série de traversées éparses où nous avons évoqué sa rencontre silencieuse avec Motton, sa maison dans le sud et bien d'autres choses encore. Je sais maintenant que le regard de Motton frôle la couleur violette et que ce que je prenais pour du mysticisme est une réelle croyance. J'ai eu le soupçon de bien d'autres choses  que je préfère garder jalousement dans ma boîte à secrets. En tous les cas, j'ai adoré cette conversation incongrue qui m'est apparue comme un petit cadeau du quotidien, gratuit et bienveillant. Merci à elle.
Repost 0
Published by juliette boutillier - dans spectacles
commenter cet article
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 14:11
Repost 0
Published by juliette boutillier - dans les enfants au musée
commenter cet article
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 13:33

César, Maïa et Marguerite. Musée d'art moderne Marseille
Repost 0
Published by juliette boutillier - dans les enfants au musée
commenter cet article
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 13:24


Asia et Marguerite au musée d'Orsay.
Repost 0
Published by juliette boutillier - dans les enfants au musée
commenter cet article
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 13:05
Repost 0
Published by juliette boutillier - dans photographie
commenter cet article
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 12:50

Un moment de grâce et de contemplation silencieuse.
Joséphine, Marguerite, Suzanne.
Août 09.
Repost 0
Published by juliette boutillier - dans photographie
commenter cet article
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 12:19


Victor en vacances est un bon vivant.
Repost 0
Published by juliette boutillier - dans quotidien
commenter cet article
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 12:10


"Il se demande quelle lumière peut briller dans la solitude, quel bruit peut produire un mouvement, avec quoi remplir l'absence"... (Bone lonely)
Repost 0
Published by juliette boutillier - dans photographie
commenter cet article
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 11:49



Le mot ‹ chien › ne mord pas,

la pipe de Magritte  ne reste qu’une image de pipe qu'on ne peut ni bourrer, ni fumer,

de même le panneau affiché ici dans les rues  d’Arles pourrait devenir un concept d’art contemporain éloigné de sa fonction première qui est de préserver l’intimité des habitants.

Repost 0
Published by juliette boutillier - dans photographie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de juliette boutillier
  • Le blog de juliette boutillier
  • : Commode brinquebalante où les tiroirs s'ouvrent sur des petits bouts de rien mélangés à de "grandes choses". Un cabinet de curiosité, de partage et d'archivage où s'exposent des objets du quotidien, du ressenti, des vidéos, des paysages sonores ou spectaculaires ... Un carnet de bord un peu "fatraque" où se côtoient les pages arrachées au magazine "Elle" et les extraits d'Eugène Savitzkaya... Un fourre-tout culinaire où se mélange allègrement l'acidulé de l'intime à l'acidité de l'universel ..
  • Contact

Recherche