Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 11:32
P1080567


Mieux vaut vivant que mort…

Merci à mon frère Eloi pour son panier de légumes, mercredi dernier. (Même si il pesait 10 kilos et que les transferts entre le train et le métro étaient parfois névralgo lombalgiques.)

Merci à Frédérique (la maman de Mae)  pour son obstination à me vouloir du bien ainsi qu’à Lolo (la maman de Paloma).

Merci à Jean-Louis et Sussu pour leur délicieux accueil ritualisé sur leur bateau ainsi qu’à Jean et Evelyne pour leur havre de paix breton, si généreusement partagé.

 

Merci à Jacky et Mimi pour me faire rever aux cabanes des Cevennes.

Merci à Jacques de continuer à m’aimer et à me supporter malgré les années et mon insupportable caractère. Merci pour l’I phone, mon chéri, il ne fallait pas…

Merci pour la beauté intérieure de ma fille et pour ses dessins.

Merci aux paysages d’Essaouira.

Merci à Maria pour savoir m’apaiser, m’accompagner dans mes projets les plus fous. Merci pour son tiramisu et sa vision du monde limpide.

Merci à mon chien Victor pour son regard mouillé quand il me voit à travers ses cheveux.

Merci à Liliane pour son affection indélébile et pour être depuis si longtemps ce qu’elle sait être. Merci à tous ses colliers offerts qui deviennent fétiches.

Merci aux amis de Marguerite pour leurs discussions qui égayent mes journées.

Merci à mon neveu Anatole d’être enfin né et à César et Maïa d’exister.

Merci à mon analyste pour savoir si bienveillamment m’écouter et me sauver parfois du désespoir le plus profond pour pouvoir mieux repartir.

Merci à Lucia de m’avoir donné confiance comme seule une amie ou une mère aurait pu le faire.  Merci de la même façon à Anne-Marie Loop, LA comédienne.

Merci à mon père et à ma mère, même si je leur en veux d’être aujourd’hui orpheline.

Merci à Aristide pour ses partages poétiques, Francesca Sollevile, Theodor Reik, Peter Nestler et j’en passe ainsi qu’à François pour nos lectures et errances nocturnes et pour nos fous rires.

Merci à Samuel Beckett d’ avoir écrit « Molloy » et à Sallinger pour « l’attrape cœur ».

Merci à ma dyslexie qui a enrichi mon écriture

Merci à Marie-Pierre pour son soutien indéfectible, son élégance et pour son thé au gingembre.

Merci pour la chanson « avec le temps » de Léo ferré, « dans les yeux de ma mère » d’Arno. « Mai paris mai » de Nougaro. Merci aux chanteurs de varietoche.

Merci à Douz pour son aimable folie et son improvisation de topographe, à jamais marquée dans la topologie de ma mémoire.

Merci à la fratrie pour son amour, Adrien, Simon, Eloi, Elomé, Clément, Jane et merci à la famille qu’elle soit de sang ou d’autres choses.

Merci aux protagonistes de nos documentaires, anonymes ou connus, parce qu’ils  deviennent la trace d’une humanité perceptible et montrent notre rapport à l’altérité, sans qu’ils le sachent toujours.

Merci à Pina Bausch d’avoir su me procurer une telle émotion ainsi qu’à mon ami danseur Damien Jalet.

Merci à Stéphane pour ses Chevals et son Fantazio.

Merci à mes amis brésiliens : Ines et Gordo/ allemands/Andreas, belges/ Anne-Sophie et Hélène, Isabelle B., marseillais/ Karine et Isabelle pour savoir continuer à être présents malgré la distance géographique et mon silence qui l’accompagne.

Merci à Marc aussi, à Stéphane mes indécrassables amis d’enfance ainsi qu’à Rachel, malgré notre aventure parfois difficile.

Merci à Anthon pour son amitié virile et son humour et sa légèreté si profonde. Merci pour nos apéritifs tardifs et solitaires et nos manières de refaire notre monde… Même si ses concerts me cassent parfois la tête.

Merci à mes amoureux d’avant d’avoir su m’aimer si délicatement. Spécial dédicace à  Jean- Marc et à Bruno.

Merci au duo de choc du sud, Nath et Maga. Pour leur terrible vitalité et pour le fait qu'elles habitent Montreuil.

Merci à Christophe pour sa fragilité, son écriture audacieuse et le réconfort qu’il m’apporte.

Merci à Eric-georg pour son univers sonore et pour m’avoir fait découvrir celui de Yoko Ogawa.

Merci à mon ancien professeur Richard K pour notre subtil lien d’élève à maître qui a été à l’origine de ma passion radiophonique et qui s’est peu à peu transformé en une nouvelle relation.

Merci à Eliza, disparue mais toujours présente ainsi qu’ à Sonia P.

Merci aux fiches cuisine d’Elle.

Merci à Ruelgo, pour son acharnement. Grâce à lui, l’impossible a été possible. J’espère qu’il le sera encore. Un gentil clin d’œil à Brice (on t’attend).

Merci à tous ceux que j’oublie et que j’aime de ne pas m’en vouloir…

Considérer cet inventaire comme un hymne à la joie de vivre malgré l’angoisse, le chaos, la perte, l’effroi, les tremblements et évanouissements passagers.

Je sais, parfois, je ressens le besoin d’être impudique au risque de gêner l’Autre….. Merci de ne pas m’en vouloir.

Partager cet article

Repost 0
Published by juliette boutillier - dans quotidien
commenter cet article

commentaires

aNth 05/04/2010 11:13


I sent the club a wire stating, PLEASE ACCEPT MY RESIGNATION. I DON'T WANT TO BELONG TO ANY CLUB THAT WILL ACCEPT ME AS A MEMBEr BUT FOR YOU I'LL MAKE AN EXCEPTION
LOTS OF LOVE
(AND DON'T FORGET TO SENT ME MY COUMB BACK;)


RENE 29/03/2010 23:08


Merci surtout à toi Juliette d'être ce que tu es et de rester la même...souvenir personnel de la première fois où je t'ai vue...Boulevard Victor Hugo à Lille...c'était en 1970 si ma mémoire est
bonne et elle l'est...tu étais mignonne et adorable....tu n'as pas changée ! les souvenirs sont les âmes de ceux qui nous ont laissés et comme toi j'en ai beaucoup...je t'embrasse, à bientôt
j'espère...Bravo pour ce cri du coeur !


Présentation

  • : Le blog de juliette boutillier
  • Le blog de juliette boutillier
  • : Commode brinquebalante où les tiroirs s'ouvrent sur des petits bouts de rien mélangés à de "grandes choses". Un cabinet de curiosité, de partage et d'archivage où s'exposent des objets du quotidien, du ressenti, des vidéos, des paysages sonores ou spectaculaires ... Un carnet de bord un peu "fatraque" où se côtoient les pages arrachées au magazine "Elle" et les extraits d'Eugène Savitzkaya... Un fourre-tout culinaire où se mélange allègrement l'acidulé de l'intime à l'acidité de l'universel ..
  • Contact

Recherche